Sections

Sections

En 2019, les femmes ne représentaient que 25 % des artistes exposés dans les foires et dans les collections publiques. Pourtant, les femmes artistes, et notamment les femmes photographes, sont nombreuses.
Pourquoi sont-elles si peu représentées sur le marché ? Pourquoi leurs œuvres attirent-elles moins que celles de leurs confrères auprès des acheteurs, privés comme publics ? Sommes-nous à ce point formatés par des codes d’histoire de l’art moderne écrits par des hommes ? Il est pourtant admis que les canons forgés par des figures telles qu’Alfred Barr ou Edward Steichen sont largement dépassés. « L’art bien sûr n’a pas de genre, mais les artistes si », exprimait Lucy Lippard dans Spare Rib (1974). Si des déclarations et des lois leur confèrent un statut social différent, les femmes payent encore le tribut de leur genre, toujours marqué par l’ombre de l’infériorité. Elles ont besoin de notre attention pour acquérir visibilité et légitimité. Il nous faut, encore et toujours, proposer des projets dédiés aux femmes. Sans cela, le public manquerait de belles découvertes.

Le parcours Elles X Paris Photo dédié aux femmes photographes et initié par Paris Photo et le ministère de la Culture s’articule en deux axes. Le premier rend la place aux femmes restées dans l’ombre de l’histoire de la photographie – on aurait souhaité qu’elles soient encore plus nombreuses. Le second axe, tourné vers les jeunes générations, donne à voir des femmes créatrices, dotées d’une force, d’une énergie, et d’une détermination formidables.

Nous avons sélectionné une quarantaine de photographes femmes dont les projets sont excellents. Yael Burstein, Ira Lombardia, Laia Abril, Delphine Diallo et des figures moins connues, mais non moins fascinantes comme Hitomi Watanabe, Fusako Kodama, Martine Barrat, Anna Bean, ou Ulla Jokisalo. Il y a aussi de grandes dames de l’histoire de la photographie comme Germaine Krull, Kati Horna, Sabine Weiss ou Sarah Moon.
Cette sélection est à découvrir à l’occasion d’un parcours à la fois physique et virtuel, à Paris et sur ce site dédié. Organisé en cinq chapitres thématiques, Elles X Paris Photo offre des liens imaginaires ne demandant qu’à être tissés. Une occasion de démontrer les proximités entre les générations, les sensibilités, et les choix esthétiques.

Karolina Ziebinska-Lewandowska, commissaire du Parcours Elles x Paris Photo.

IMAGES LUMINEUSES

On entend souvent que la recherche théorique sur la matière photographique est un espace réservé aux hommes. Et il en serait de même concernant les formes géométriques. Nous savons pourtant que ces domaines de recherches ne sont pas genrés. Dans l’histoire de l’art, dès les débuts de l’abstraction, les photographes ont participé à cette aventure. Au cours de l’évolution de la technique, la matière photosensible, devenant une nouvelle palette, a ouvert le champ des possibles. Le laboratoire photographique devient une vraie chambre d’alchimiste où les auteures y mènent des études sur la lumière et la couleur où elles explorent les caractéristiques mêmes des matériaux photosensibles.


Alejandra Laviada

Laurence Aëgerter

Andrea Ostera

IMAGES RÊVÉES

Nous savons depuis les collages de Max Ernst et les photomontages de Dora Maar que l’image réaliste modifiée intervient dans la transmission du fantastique. La photographie, contrairement à ce qu’on lui accordait à son origine, est capable – et ce, malgré son réalisme –, de visualiser les fantasmes et univers non existants. Avec la conscience croissante des règles de la construction de l’image photographique, les auteures ont appris à les détourner, à les trahir, pour arriver à des effets miraculeux, et produire des visions étranges.


Sara Imloul

Sarah Moon

Agnès Geoffray

Ouka Leele

Diana Markosian

Ouka Leele

Lake Verea

Jocelyne Alloucherie

Kati Horna

IMAGES TRANSFORMÉES

À partir de bribes de couleurs et de matières, de nouvelles images surgissent. La photographie se peint, se brode, se coud, se découpe et se recolle. Et le résultat n’a finalement peu ou rien à voir avec le matériau initial. Ces nouvelles images provoquent une rupture de sens et de forme, et permettent une transgression.


Delphine Diallo

Noémie Goudal

Ira Lombardia

Yael Burstein

Aurélie Pétrel

Nicène Kossentini

Joana Choumali

IMAGES TÉMOINS

Si la photographie semble être aujourd’hui un domaine sans limite, offrant un espace propice aux expérimentations, elle conserve en parallèle sa fonction première de témoigner. Un témoin sélectif, et tendancieux, reflétant parfois davantage le point de vue du regardeur que celui du regardé, mais transmettant toujours un aspect de la réalité observée. Elle demande une capacité d’observation, de synthèse et un réflexe de maître. Au 19e siècle, concevoir des images de rues et d’évènements restait un privilège réservé aux hommes. L’émancipation et le boom de la presse illustrée dans les années 1920 ont fait évoluer la situation. Les photographes documentaires femmes telles que les artistes japonaises des années 1960 et 1970 peinent toujours à s’inscrire dans l’histoire.


Agnès Varda

Lola Alvarez Bravo

Bertien Van Manen

Hitomi Watanabe

Martine Barrat

Beatrix Von Conta

Anna Malagrida

Elsa & Johanna

IMAGES MILITANTES

L’image photographique comme outil d’expression ou de lutte résulte d’une longue tradition. Ce n’est pourtant qu’à la fin des années 1960 que les artistes femmes ont produit, en masse, des images militantes – actions devant la caméra ou performances. Angoisses, désirs, visions du corps ou revendications sont autant de sujets à étudier par l’image ou la vidéo. Une révolution véritable qui se poursuit… Le site internet, outil léger et facile à propager, permet de pérenniser le parcours et de le rendre accessible dans un contexte de déplacements limités.


Pusha Petrov

ORLAN

Elina Brotherus

Annegret Soltau

Charlotte Abramow

Tanja Lazetic